Retour dans les Andes à Arequipa, deuxième ville du Pérou avec plus de 900 000 habitants. Arequipa est construite à plus de 2000 mètres d'altitude, aux pieds des volcans Pichu Pichu (5571m), Misti (5822m) et Chachani (6075m). Voilà pour le décor. Côté architecture, la ville est réputée pour être l'une des plus belles du pays avec Cusco. Baptisée la "ville blanche" en raison de la couleur des pierres volcaniques utilisées pour ses édifices, elle a gardé un style colonial depuis l'arrivée des Espagnols en 1540. Nous arrivons en pleine semaine sainte et la ville s'anime autour des nombreuses églises et de la cathédrale qui domine la très belle Plaza de Armas. A quelques dizaines de mètres de là, le monastère Santa Catalina est une véritable ville dans la ville, avec ses propres maisons, rues et places, le tout bien caché derrière un énorme mur d'enceinte.

A 180 km au nord d'Arequipa se trouve le Canyon de Colca, le second canyon le plus grand au monde avec une profondeur de 3191 mètres (le premier étant le canyon voisin de Cotahuasi). Notre chambre d'hôtel est bien confortable, pourtant nous quittons Arequipa jeudi à 2 heures du matin pour un trek à l'intérieur du canyon, avec notre guide Luz. Malgré quelques soucis physiques, Laure, Romaric et moi bouclons la boucle en trois jours, après être descendus depuis Cabanaconde (3150m) au fond du canyon à l'oasis de Sengalle (2100m, en mode paradise) en passant par Llahuar. En chemin Luz nous parle de sa région, des condors (que nous avons pu observer avant de débuter le trek), des différentes plantes que nous rencontrons et de leurs utilisations par les habitants, etc. Elle nous fait également goûter les fruits de plusieurs espèces de cactus. Le soir les logements sont plutôt "roots" (habitations de pierres, terre et bambous, pas d'électricité...) mais à chaque fois nous profitons d'un bon bain dans des sources d'eau chaude. Nos efforts sont largement récompensés lorsque nous terminons la journée en admirant la Voie Lactée, bien au chaud dans une piscine à 38°C, au bord du torrent.

De retour à Arequipa, nous profitons d'une dernière journée en ville avant de reprendre un nouveau car de nuit pour Puno, sur la rive occidentale du lac Titicaca. Je serais bien resté quelques jours de plus à Arequipa, pour faire l'ascension du Misti ou du Chachani, faire du rafting, randonner à Cotahuasi ou tout simplement déguster une glace sur la Plaza de Armas. Mais voyager c'est aussi faire des choix, renoncer à certaines choses pour mieux profiter des autres. Peu importe, je reviendrai un jour à Arequipa !