Changement de climat à Iguazu. Ici on tangente le tropique du Capricorne, la végétation est luxuriante, il fait chaud, l'air est humide, la terre est rouge, et en ouvrant les rideaux du car lundi matin en arrivant, j'ai été accueilli par un toucan qui volait à côté. Puerto Iguazu se situe au nord-est de l'Argentine, au confluent des rios Iguazu et Parana, qui séparent l'Argentine du Brésil et du Paraguay. A quelques kilomètres en amont sur le rio Iguazu se trouvent les fameuses chutes du même nom, les plus belles du monde ! Ces chutes sont constituées d'un ensemble de 275 cascades (cataratas) qui forment un front de 2,5 km. La plus grande, la Garganta del Diablo, fait 90 mètres de haut. La majorité des cascades se trouvent côté argentin, mais chaque pays possède son propre parc national, ce qui permet de s'en approcher des deux côtés.

Je commence ma visite par le parc brésilien, et complète au passage ma collection de tampons sur le passeport. Sitôt descendu du car qui fait la navette entre l'entrée du parc et le début du sentier, je vois une dizaine de coatis débouler au milieu des touristes. Ces sortes de ratons laveurs ne sont vraiment pas craintifs et sont prêts à tout pour un peu de nourriture. On les croise partout, des deux côtés du rio. Le sentier remonte la rive droite du rio en se rapprochant de plus en plus des chutes. Après avoir contemplé la vue d'ensemble, on continue jusqu'à se retrouver sur des passerelles au milieu de la rivière, au pied d'une cascade, au sommet d'une autre, et surtout au milieu des embruns. Quelques secondes à peine suffisent pour se retrouver trempé, mais par cette chaleur c'est plutôt raffraichissant, et il ne faut pas longtemps pour sécher. Impressionné par la quantité d'eau qui s'écoule autour de moi (6 millions de litres d'eau par seconde en moyenne), je suis rassuré, on peut encore s'émerveiller après l'Antarctique ! Et ce n'est que le premier jour, je remets ça le lendemain du côté argentin, encore plus grand.

Même si trois heures m'auraient suffi pour faire le tour du parc argentin, j'y suis resté toute la journée. Quel que soit le sentier, les différentes vues sur chaque partie des chutes sont superbes et le spectacle est hypnotisant. Plusieurs circuits permettent d'avoir divers aperçus. Le circuit supérieur longe le haut de la falaise, au milieu de la forêt, au sommet des chutes. Le circuit inférieur permet d'avoir une vue en contre-plongée et d'être arrosé sur la fin lorsqu'il passe tout près d'une cascade. Le troisième circuit nous emmène lui en haut de la Garganta del Diablo. Il traverse d'abord le rio Iguazu, plutôt calme et très large à cet endroit, juste en amont des chutes. Mais on peut déjà apercevoir le nuage d'embruns et entendre le bruit assourdissant de cette gorge du diable. Les chutes forment ici un U très resserré où se précipitent donc une grande partie des eaux du rio. Après une petite pause, je repars pour un nouveau tour du parc. Il est 16 heures et la plupart des visiteurs sont déjà partis, le parc est à moi ! Même si je n'ai pas survolé les chutes en hélicoptère, et ne les ai pas non plus approchées en bateau, j'ai profité à fond de cette journée. Je peux seulement regretter d'avoir vu seul cet endroit exceptionnel, mais j'espère pouvoir au moins partager un peu de ces moments via le blog et les photos.

Après Iguazu, je me latéralise vers l'ouest du pays, destination Salta et le Noroeste.