Pour la quatrième fois depuis 2004, Romaric et moi prenons la direction de Nîmes en ce mois de juillet. Le prétexte de cette année ? Le même que la dernière fois, un concert de Radiohead aux arènes ! Comment encore aller s'entasser dans la salle de Bercy lorsqu'on a la chance de pouvoir assister à un concert dans un cadre aussi extraordinaire ? Et comment se contenter d'une seule journée sur place, au Soleil, alors qu'il fait une fois de plus un été pourri à Paris ? Nous partons donc, accompagnés de Marjorie, pour cinq jours à travers l'Ardèche, la Lozère et le Gard.

Après une première nuit à Privas, nous flânons samedi matin dans la vieille ville d'Aubenas, à travers le marché qui a investi les rues pentues tout autour du château. L'après-midi, nous avons réservé une descente des Gorges de la Borne en canyoning, une première pour nous tous. Après avoir tourné un peu en voiture pour trouver le milieu de nulle part, nous arrivons finalement au lieu de rendez-vous où se trouvent déjà notre guide et Elise et Ali qui vont faire la descente avec nous. Pendant que nous enfilons nos combinaisons, on nous explique ce qui nous attend sur le parcours : un peu de marche, un peu de nage, et des sauts, une dizaine au total, le plus haut de 10 mètres. Aucun saut n'est obligatoire, tous peuvent se contourner à pied, à l'exception d'un seul, qu'on pourra si on le souhaite éviter grâce à une tyrolienne. Pas d'escalade, pas de rappel, rien de très technique donc pour cette initiation. Après 20 minutes de marche pour descendre jusqu'à la rivière, nous nous mettons à l'eau, histoire de remplir les combinaisons, puis entamons la descente. Un peu fraîche au début, l'eau est vite très agréable, surtout par cette chaleur. Le départ du premier saut se fait assis. Selon les sauts, il faut juste se laisser tomber, ou prendre de l'élan. C'est le cas de l'avant-dernier saut. Mais celui-ci étant assez encaissé, il ne faut pas trop en prendre non plus pour ne pas venir s'écraser sur la paroi d'en face. Bref, rien de très compliqué, mais il faut mieux rester concentré et ne pas glisser. Quant au vide, on ne voit en général pas le point de chute qui est caché par la falaise. Il faut faire confiance au guide, et puis c'est tout ! Au final, ce fut une super expérience, très rafraichissante, seuls au monde en pleine nature dans un cadre paradisiaque. A refaire ! Nous dînons le soir à Balazuc, un très joli village qui domine l'Ardèche, puis rejoignons notre hôtel à Bollène, après un ultime détour par le village de Vogüé.

La journée suivante est tout aussi sportive et aquatique. Nous descendons en kayak les Gorges de l'Ardèche sur 32 km entre Vallon-Pont-d'Arc et Saint-Martin-d'Ardèche. Les paysages sont magnifiques, l'eau est bonne, et le parcours suffisamment long pour bien en profiter (et avoir de bonnes courbatures le lendemain). Quelques rapides nous ramènent à nous concentrer sur la navigation, mais rien de bien méchant. Il y a un peu de monde, mais on ne se pagaye pas dessus quand même. Arrivés à Saint-Martin, nous traversons la rivière pour visiter le village médiéval d'Aiguèze, puis reprenons la route vers le sud jusqu'à Anduze où nous attend notre hôtel.

Changement de décor lundi, après les rivières encaissées, nous prenons de l'altitude et empruntons la route panoramique de la corniche des Cévennes. C'est bon de se retrouver en montagne ! Nous traversons des paysages boisés et d'autres désertiques. Au Mont Aigoual, deuxième sommet des Cévennes qui culmine à 1565 mètres, nous visitons la station météorologique construite à la fin du XIXème siècle, en raison des conditions extrêmes auxquelles est soumis cet endroit (je vous laisse aller voir la page Wikipédia pour plus d'informations). Nous marchons un peu à proximité du sommet, puis un peu plus loin au lac des Pises. Plus bas, plus au sud, dans le département de l'Hérault, nous contemplons d'en haut, puis d'en bas, puis à nouveau d'en haut, mais d'en face, le cirque de Navacelles.

Balazuc
Les Cévennes
Le cirque de Navacelles

Mercredi, après un petit plongeon matinal dans la piscine de l'hôtel à Anduze, nous prenons la direction d'Uzès. En plus d'être située à proximité du musée du bonbon Haribo, cette ville a l'avantage d'avoir un centre historique particulièrement bien conservé. Après l'avoir parcouru de long en large, nous déjeunons sur la place centrale puis reprenons la voiture jusqu'à la Baume, une boucle du Gard accessible après 30 minutes de marche, où il fait bon se baigner. Nous ne sommes alors plus très loin de Nîmes. Ce soir, Radiohead joue aux arènes, et même si le dernier album n'est pas aussi bon que le précédent, le concert valait le déplacement. Mercredi, après un dernier détour par la Grande-Motte histoire de voir la mer, il ne restait plus qu'à rentrer sur Paris.