Rennes

Fraichement débarqués du Nordnorge, nous montons dans un car en direction des trois lacs de Kirkenes, nommés très poétiquement lacs n°1, 2 et 3 ! Nous traversons cette ville de 5000 habitants, située dans le comté du Finnmark, la Laponie norvégienne. Kirkenes se trouve à l'extrême nord-est de la Norvège, au bord de la mer de Barents, à quelques kilomètres de la frontière russe et à moins de 200 km de Mourmansk. A 30° de longitude Est, nous sommes plus à l'Est qu'une grande partie de la Finlande. L'influence russe se fait nettement sentir ici, notamment via les enseignes des boutiques qui sont souvent traduites en cyrillique.

Une fois sortis de la ville et arrivés aux fameux lacs, nous nous retrouvons sur le site touristique de Kirkenes, entre l'hôtel de glace et l'élevage de rennes. L'hôtel de glace ressemble à un igloo géant dans lequel deux grands couloirs partent du hall d'entrée et permettent d'accéder aux chambres, avec des lits en glace. Partout sur les murs ont été sculptés des personnages ou des animaux. Une nuit ici est hors de prix, mais nous ne sommes pas là pour ça. A l'extérieur, nous voyons pour la première fois des rennes. Ceux-ci sont bien plus petits que ce que nous nous étions imaginé. Ils sont domestiqués, mais selon les saisons, on peut en voir des sauvages un peu plus à l'intérieur des terres.

Chiens de traineau
Chiens de traineau

Nous partons ensuite pour un tour en traineau à chiens sur les lacs. Accompagnés d'un musher et tractés par 7 huskies d'Alaska, nous profitons du paysage, de la lumière polaire si particulière, et des chiens, à la fois essoufflés par l'effort mais aussi heureux de pouvoir simplement courir dans la neige. Je ne sais pas combien de temps a duré la ballade, peut-être 20 minutes. Une première fois qui donne envie de retenter l'expérience, en pleine nature cette fois, pour plusieurs heures voire plusieurs jours...

De retour en ville, nous déposons nos affaires à l'hôtel et ressortons aussitôt nous promener, à pied cette fois-ci, dans le centre. Il n'y a pas grand chose à voir à Kirkenes, seulement apprécier le calme d'une journée d'hiver, notre dernière au "bout du monde". Des blocs de glaces flottent sur la mer qui a dû dégeler récemment. Un ancien bunker et une statue en hommage aux soldats soviétiques qui ont libéré la ville nous rappellent que Kirkenes a été seconde la ville la plus bombardée (après Malte) de la seconde guerre mondiale. Elle vit aujourd'hui principalement de l'extraction du minerai de fer et du tourisme en étant le terminus de l'express côtier Hurtigruten. Mais cela pourrait changer à l'avenir car avec la fonte des glaces au Pôle Nord due au réchauffement climatique et de l'ouverture de nouvelles voies maritimes qui en résulte, Kirkenes pourrait bien troquer son statut de petite ville perdue au nord de l'Europe pour celui de grand port de commerce mondial. Rendez-vous dans quelques années pour savoir si Kirkenes s'est transformée en "Singapour du Nord"...

Kirkenes
Mer de Barents
Aurores boréales à Kirkenes

Malgré le froid, nous sommes bien décidés à tout tenter pour voir une dernière fois des aurores boréales. Nous avions bien pensé marcher jusqu'aux lacs où nous étions ce matin pour nous éloigner des lumières de la ville, mais à peine avons-nous mis un pied dehors qu'une aurore boréale s'agite juste là au-dessus de nos têtes ! Tant pis pour les lampadaires, ce soir nous contemplerons les aurores boréales depuis la terrasse de l'hôtel (ceci nous permet d'ailleurs de rentrer nous réchauffer de temps en temps). Si nous avions eu une chambre avec vue sur la mer, nous aurions même pu les admirer depuis le lit ! Les lumières qui dansent sont bien au rendez-vous cette nuit. On ne pouvait pas rêver mieux pour terminer ces vacances en Norvège. Nous rentrons en effet en France demain, et une longue journée de transport nous attend pour revenir à Paris.