Pour tous ceux qui chercheraient à obtenir un visa de travail en Argentine, voici les démarches que j'ai dû effectuer entre janvier et mars 2014, en arrivant à Buenos Aires avec un simple visa touristique. Elles sont valables pour tout citoyen d'un pays hors MERCOSUR.

Les bureaux de Migraciones

1ère étape : la résidence précaire

Pour faire la demande de visa de travail, il faut tout d'abord rassembler les documents suivants (la liste est disponible sur le site de Migraciones, rubrique "trabajador contratado") :

  • le passeport en cours de validité, avec un jeu de photocopies de TOUTES les pages (y compris les pages blanches).
    Le passeport doit contenir le tampon "Turista 3 meses". Si vous êtes arrivés avec un PVT, il vous faudra sortir puis re-entrer dans le pays APRES la date de fin du PVT (merci à Damien pour cette précision).
     
  • un extrait de casier judiciaire français, apostillé, traduit par un traducteur public et légalisé par le Colegio de Traductores.
    L'extrait de casier judiciaire se demande via Internet sur le site du Ministère de la justice.
    Une fois le document reçu, il faut l'envoyer à la Cour d'Appel de Rennes pour obtenir l'apostille.
     
    Visa Argentine
    Cour d’Appel de Rennes - Service de l’Apostille
    Place du Parlement de Bretagne
    CS 66423
    35 064 Rennes CEDEX


    Voici un exemple de formulaire à envoyer, accompagné d'une enveloppe timbrée pour le retour du document.
    Pour gagner du temps, j'ai fait la demande d'extrait de casier judiciaire et d'apostille depuis la France, avant de partir en Argentine (compter environ 2 semaines pour recevoir l'extrait, le renvoyer et le recevoir apostillé).

    On peut trouver un traducteur en Argentine sur le site du Colegio de Traductores.
    Certains traducteurs s'occupent eux-mêmes de faire légaliser la traduction auprès du Colegio.
    Pour info, la traduction m'a coûté 180 pesos, et la légalisation 110 pesos (prix en février 2014).

    En principe, le document doit avoir moins de 3 mois lors de la demande de visa (le mien était un peu plus vieux, il n'y a pas eu de problème, mais je suis peut-être tombé sur un agent sympa...).

    A noter que si lors des 3 dernières années on a habité plus d'un an dans un autre pays, il faudra également fournir un extrait de casier judiciaire pour chacun des pays. 
     
  • une photo d'identité, récente, tête découverte, sur fond blanc et lisse, de dimensions 4 x 4cm. 
     
  • un certificat de domicile ou une facture (eau, électricité, gaz, téléphonie...) à son nom.
    Le certificat de domicile se demande au commissariat de police de son quartier. Il coûte 10 pesos et est remis à l'adresse indiquée sous 48 heures. 
     
  • Demande de visa de travail en Argentine
    le certificat d'antécédents pénaux argentin
    Pour obtenir ce document, il faut s'inscrire sur le site du Registro Nacional de Reicindencia et se rendre à l'adresse sélectionnée, à la date indiquée, avec le numéro fourni, son passeport avec une photocopie, et le formulaire généré depuis cette page renseigné.
    Une fois sur place, on commence par faire une première queue pour initialiser le processus. Ensuite, une seconde queue pour payer (40 pesos pour l'obtention du document en 5 jours ouvrés, plus cher si on est pressé), et enfin une dernière queue pour se faire numériser toutes ses empreintes digitales. Une semaine plus tard, le document est accessible sur le site web. 
     
  • un pré-contrat de travail (exemple) signé par vous et l'employeur. Ce document doit être légalisé (dans mon cas, l'entreprise s'est chargée de cette démarche). 
     
  • la constance d'inscription de l'employeur auprès de l'AFIP (Administracion Federal de Ingresos Publicos). 
     
  • la constance d'inscription de l'employeur dans le ReNURE (Registro Nacional Unico de Requirentes de Extranjeros de la Direccion Nacional de Migraciones) qui lui permet d'embaucher des étrangers. 
     
  • 1235 pesos (montant en octobre 2015, c'était 640 pesos en février 2014). 

Une fois tous les documents prêts (ou avant si on est sûr de les avoir le jour J), il faut s'inscrire sur le site de Migraciones (tipo de trámite : radicación) pour obtenir un rendez-vous. Attention au délai : j'ai dû attendre 3 semaines pour me rendre aux bureaux des migrations !

Le jour J, on se rend à l'adresse indiquée à l'heure indiquée avec tous les papiers (originaux et photocopies de chaque document), et de quoi patienter potentiellement plusieurs heures (3 heures et demi pour moi). A la fin des différentes démarches, on se voit délivrer un Certificado de residencia precaria.
Félicitations ! A ce stade, le plus dur est fait, et avec ce document vous pouvez d'ores et déjà rester légalement en Argentine lorsque votre visa touristique expirera ainsi que sortir du territoire. Vous pouvez maintenant accéder au niveau suivant du jeu administratif.

 

2nde étape : la résidence temporaire

Démarches administrative Argentine

Pour obtenir le visa final, il vous faudra d'abord vous rendre à l'ANSES pour faire une demande de CUIL. C'est l'équivalent du numéro de sécurité sociale, et est indispensable pour signer un contrat de travail. Rendez-vous donc à l'agence la plus proche, avec le certificado de residencia precaria, votre passeport, et des photocopies des deux documents.
Le numéro CUIL obtenu ne sera pas lié à votre DNI puisque vous n'avez pas encore ce dernier. Pour certaines démarches (ça été le cas pour moi lorsque j'ai eu besoin d'une clé fiscale à l'AFIP), le numéro CUIL doit être lié au DNI. Dans ce cas, il faudra retourner à l'ANSES pour demander un nouveau numéro de CUIL.

Une fois le contrat de travail signé, l'employeur devra demander à l'AFIP une constance de Alta Temprana. Il vous faudra alors retourner au bureau des migrations, moins de 30 jours après la remise du certificado de residencia precaria, sans rendez-vous, pour remettre ce document.

Il ne reste plus qu'à attendre quelques semaines (5 pour moi) jusqu'à ce qu'on vous apporte à votre domicile le D.N.I. (Document National d'Identification). On vous remettra cette carte en échange du certificado de residencia precaria. Le D.N.I. est valable un an, à compter de la date de remise du certificado de residencia precaria. La demande de renouvellement du visa de travail peut être faite par l'employeur, avant sa fin de validité.
Attention, si vous n'êtes pas chez vous lorsque l'on vient vous remettre le document, celui-ci repart je ne sais où. Si vous le pouvez, laissez une photocopie du certificado à une personne de confiance (le gardien de votre immeuble par exemple) qui se chargera de réceptionner le document à votre place.

La résidence temporaire et le DNI devront ensuite être renouvelés chaque année. Plus de détails dans Comment renouveler un visa de travail en Argentine.

Bon courage dans vos démarches, et n'hésitez pas à laisser vos questions ou témoignages dans les commentaires.