Lorsqu'ils souhaitent s'évader pour quelques heures ou pour un week-end du tumulte de la capitale, la destination favorite des Porteños est sans conteste Tigre (prononcez Tigré). A moins d'une heure de train du centre de Buenos Aires, cette ville qui borde l'immense delta du Paraná vous ouvre les portes d'un havre de verdure et de paix.

Le rio Paraná, second plus grand fleuve d'Amérique du Sud, comptant parmi ses nombreux affluents le célèbre rio Iguazu, et passant notamment par la ville de Rosario, termine sa course vers l'Atlantique par un delta qui se jette dans le Rio de la Plata. Ce delta est parcouru par des centaines de kilomètres de cours d'eau qui forment un labyrinthe d'îles et d'îlots d'une superficie de plus de 17500 km² (l'équivalent du Limousin). Tous ces rios servent de voies de communication pour les presque 4000 habitants du delta qui se déplacent donc en bateau. De la barque au voilier, du kayak au zodiac, du jetski au yacht, tous les types d'embarcations se croisent au cœur de cette Venise verte. Parmi elles, des bateaux-bus nommés lanchas relient le port de Tigre et les différentes îles. De plus petites lanchas font office de taxis, alors que d'autres ont été aménagées en ambulances ou même en lanchas almacen (supérette) pour assurer l'approvisionnement jusque dans les zones les plus reculées.
Crues obligent, qu'elles soient au bord de l'eau ou au milieu d'une végétation luxuriante, toutes les maisons sont construites sur pilotis. Et même si la plupart sont en bois, là encore la variété est de mise. Chaque ponton mène à une simple cabane, une maison plus ou moins modeste, ou une luxueuse villa. De nombreux Porteños fortunés possèdent en effet une résidence secondaire dans le delta et viennent augmenter sa population lors des week-ends d'été.

Autour du centre-ville, des promenades aménagées le long des quais passent devant les édifices belle-époque construits lorsque les immigrants européens fondèrent les premiers clubs d'aviron. Une quinzaine de ces clubs ont été créés à Tigre entre 1873 et 1935 et sont toujours en activité.

En bref, Tigre est l'endroit incontournable pour les locaux comme pour les touristes de passage à Buenos Aires désireux de se ressourcer auprès de la nature. Mais pourquoi la ville s'appelle-t-elle ainsi ? En référence aux jaguars, appelés "tigres" par les colons, qui peuplaient la région à l'arrivée de ces derniers.

Chaque maison possède son propre ponton
Maison sur pilotis, Rio Sarmiento
Rio Sarmiento
Plage sur le Rio Sarmiento
Lancha, le bus local
Tigre Rowing Club
Museo de Arte del Tigre
Superette sur pilotis
Tres Bocas
Tres Bocas
3 Bocas (Tigre)
Tres Bocas

Découvrez d'autres vues de Tigre sur l'album photo.


En pratique

Comment se rendre à Tigre ?

Depuis Buenos Aires, prenez le train de la ligne Mitre aux gares de Retiro (1 heure) ou Belgrano C (45 minutes). Il vous en coûtera 3 pesos. Comptez environ un train tous les quarts d'heure.

En option, il est possible de descendre à la gare de Vicente Lopez puis d'emprunter el tren de la costa qui longe le Rio de la Plata.

Il est déconseillé de venir en balai !

Que faire sur place ?

En bateau, au port de Tigre (à 5 minutes à pied de la gare), vous pouvez opter pour un des circuits touristiques (divers itinéraires de une à plusieurs heures) ou bien prendre une lancha pour la destination de votre choix (par exemple "Tres Bocas" situé à 45 minutes, 70 pesos l'aller-retour, ou "Ramas negras" à 1 heure, 100 pesos l'aller-retour).
Il est également possible de s'enfoncer plus profondément dans le delta et de passer la nuit dans une des chambres d'hôtes que comptent le secteur.

A pied, empruntez le paseo victoria qui part du centre-ville en longeant les rio Tigre et Luján. Vous passerez notamment à côté de plusieurs musées dont celui consacré au maté et le musée des beaux arts de Tigre. Autre option, se promener du côté du puerto de frutos, une foire artisanale à l'emplacement de l'ancien marché aux fruits.

Les prix indiqués sont ceux ayant cours en mars 2015.

3 Bocas (Tigre)