Pour profiter des derniers jours de vacances avant l'hiver, nous avons rejoint Anne-Cécile et Julien en Patagonie pour trois jours de trek dans le parc national Nahuel Huapi. Nous sommes du coté de Bariloche, dans la région des lacs où j'avais déjà mis les pieds en 2011, à environ 22 heures de car au sud-ouest de Buenos Aires.

Chargés par les sacs de couchage et trois jours de nourriture, nous partons de Cerro Catedral, la station de ski de Bariloche, à environ 1000 mètres d'altitude. Nous traversons d'abord une zone qui semble avoir brûlé il y a quelques années et où la végétation retrouve petit à petit sa place entre les squelettes des arbres ravagés par l'incendie.

Nous entrons ensuite dans la forêt et profitons du refugio Piedrita (en réalité un abris non gardé) du club andin slovène pour nous reposer un peu. Le sentier continue de monter jusqu'à sortir des bois pour atteindre la laguna Toncek et le refugio Frey à 1750 mètres d'altitude. La pluie ne tarde pas à faire son apparition et c'est dans un refuge surpeuplé que nous passons la première nuit.

Nous nous réveillons dans les nuages et sous la pluie. Celle-ci s'arrête bientôt mais la brume persiste. Alors que la plupart des randonneurs redescendent vers Cerro Catedral, nous poursuivons, histoire de voir "que onda". La partie suivante de la randonnée est censée être assez difficile aussi si nous restons dans le brouillard et que la roche ne sèche pas, nous rebrousserons chemin également. Mais la chance est avec nous et le Soleil ne tarde pas à montrer le bout de son nez.

Après la laguna Schmoll, la pente se raidit encore jusqu'à arriver à un col d'où nous dominons notre prochain terrain de jeu : la vallée Rucaco. Celle-ci est recouverte de forêts et parcourue par de nombreux ruisseaux. Les couleurs de l'automne sont magnifiques ! Au loin, nous apercevons également le Tronador, un imposant volcan situé à la frontière avec le Chili.

En traversant la forêt nous rencontrons un couple (?) de piverts en pleine activité, chacun affairé à toquer son arbre. On reconnaît le mâle à sa tête rouge. Quant à la femelle, sa tête est noire.

Après l'ascension du second col de la journée, nous découvrons le lac Jakob et le refuge du même nom. Tout en bois, en pleine forêt et sur la rive d'un lac aux eaux turquoises, on ne peut pas rêver mieux pour faire étape. Après un dîner aux chandelles et une bonne nuit réparatrice, nous serons d'attaque pour la troisième et dernière journée de trek.

Aujourd'hui, 18 km de descente à travers la forêt nous attendent pour rejoindre la route qui nous mènera peut-être à Bariloche. Mais avant de quitter les lieux, on ne résiste pas à pousser un peu plus haut jusqu'à la laguna Tempanos. Celle-ci se trouve au fond d'un cirque presque parfait et valait bien le détour.

De retour au refuge, nous attrapons les sac-à-dos et entamons la longue descente en forêt. Celle-ci est principalement constituée de lengas (ou coihues ?) et de colihues, une plante de la famille des bambous.

Une fois arrivés à la route, nous gagnons Bariloche à l'arrière du pickup d'une famille argentine qui nous prend en stop. Le lendemain nous retournons chez Anne-Cécile et Julien en passant par la route des 7 lacs. C'est au bord du lac Lacar, à San Martin de los Andes, que s'achève notre séjour en Patagonie. A bientôt pour de nouvelles découvertes à Buenos Aires !