Après El Calafate, nous poursuivons notre périple patagonien toujours plus au sud, mais cette fois-ci de l'autre côté de la Cordillère, jusqu'à Puerto Natales au Chili. Puerto Natales est une petite ville de maisons en tôle de toutes les couleurs, située sur la côte pacifique. C'est le principal point d'entrée pour le parc national Torres del Paine où nous nous rendons pour faire le trek W, qui tient son nom de son itinéraire en forme de W. W aussi comme Warriors car nous avons mis seulement trois jours et trois nuits pour parcourir ses presque 100 km de sentiers. J'avoue j'en ai bavé. Mais les paysages sont d'autant plus beaux qu'ils se méritent. Et à Torres del Paine nous avons eu droit à un concentré des étapes précédentes : sommets enneigés, lacs et lagunes, glaciers, icebergs, forêts, pampa...

1er jour : Las Torres

Départ de la Laguna Amarga à l'entrée du parc où nous a déposés le bus, jusqu'à l'hôtel Las Torres, point de départ du trek. Les premières montées avec les sacs chargés de nourriture et du matériel de camping ne sont pas évidentes, surtout lorsqu'arrivent le vent et la pluie. Nous déjeunons trempés au refuge Chileno puis continuons jusqu'au campement Torres où nous plantons la tente. De là, nous montons au mirador Las Torres admirer les fameuses tours, en bordure d'un petit cirque au fond duquel le glacier se déverse dans une lagune.

2ème jour : la vallée des Français

La journée s'annonce difficile aussi nous partons tôt, à 7 heures, à la frontale. Nous petit déjeunons au refuge Chileno et longeons le lac Nordenskjöld. Le point culminant du massif n'a beau être qu'à 3050 mètres d'altitude, le Lago Nordenskjöld n'est lui qu'à une cinquantaine de mètres au-dessus du niveau de la mer ! Nous contournons les sommets de Los Cuernos et arrivons en début d'après-midi au campement italien. Un montage de tente et un déjeuner plus tard, nous repartons allégés de nos sacs à travers la vallée des Français, en direction du campement britannique puis du point de vue situé au coeur d'un cirque, beaucoup plus large que celui de la veille. Après les paysages d'El Chalten que la Bernasse avait judicieusement comparés à ceux de "Danse avec les loups" ou du "Seigneur des anneaux", la vallée des Français nous rappelle "Jurassic Park" ! Nous entendons régulièrement d'énormes bruits sourds que j'avais pris au début pour de l'orage. C'en n'était pas. Ni même le grondement d'un animal préhistorique partouzeur de droite, mais des avalanches sur le glacier des Français.

3ème jour : le glacier Grey

Nous partons cette fois-ci à 5h30 du campement italien. Il n'y a pas un nuage et nous commençons la journée sous un ciel étoilé où l'on distingue parfaitement la Voie Lactée. Petit déjeuner au refuge Paine Grande, au bord du Lago Pehoé. En remontant ensuite le Lago Grey, nous commençons à croiser quelques icebergs, signe que le glacier n'est plus très loin. Au refuge Grey, nous tombons sur Nicolas qui était dans notre dortoir à El Calafate, et qui fait le trek avec Altaï (une autre Allemande francophone). Nous poursuivons tous les quatre jusqu'au campement Las Guardas. Montage de tente, déjeuner... Nous continuons ensuite jusqu'au campement Paso sur un sentier acrobatique et panoramique. Nous surplombons désormais le glacier qui s'étend sous nos yeux. Au-dessus, d'autres glaciers se jettent dans le glacier Grey, et au-delà, nous devinons le Campo de Hielo. Le temps est parfait et la vue à couper le souffle. D'après Nicolas qui parcourt l'Amérique Latine depuis neuf mois, c'est l'un des plus beaux paysages qu'il ait vus dans ces conditions, et on le croit.

Le dernier jour, il ne nous reste plus qu'à revenir sur nos pas jusqu'au Lago Pehoé pour terminer le trek. Alex, Altaï et Nico poursuivent avec une autre rando de 17 km. Ayant mal à un pied, je choisis l'option facile et regagne le car en traversant le lac en bateau.